Parents TDAH - 3 choses à enseigner à vos enfants

Comment parler à nos enfants de leur TDAH ? À quel moment le faire ? La réponse est simple.

dites-leur ce qu’ils sont capables de comprendre, et faites-le maintenant. Compréhension et pédagogie sont des outils importants. La connaissance, c’est le pouvoir, et cela aidera vos enfants à réussir. Nous allons vous proposer 3 conversations que vous pouvez avoir à n’importe quel âge (avec quelques ajustements pour nos TDAH les plus jeunes).

1. Comprend ton cerveau

Il est important que les enfants, même lorsqu’ils sont jeunes, comprennent ce qui est nécessaire au bon fonctionnement de leur cerveau. Comme les cerveaux TDAH fonctionnent un peu différemment, c’est d’autant plus important que les enfants comprennent :

– Le cerveau a besoin d’eau et de nourriture. Nous devons manger de manière équilibrée et boire de l’eau régulièrement. Si votre enfant fonctionne mieux avec un régime spécifique, sans gluten, enrichi en oméga, ou pauvre en sucre raffiné, expliquez-lui et pourquoi.
– Le cerveau a besoin de se reposer. Dormir suffisamment est important. L’enfant TDAH a, pour des raisons variées, souvent des problèmes d’endormissement. Expliquez-lui pourquoi il est important de dormir et encouragez-le à en faire une priorité. Du repos pendant la journée peu aussi aider. Il a été prouvé par exemple que la méditation accroît calme et concentration. Faire de la place chaque jour, ne serait-ce quelques minutes, pour s’asseoir calmement est une super habitude qui les aidera toute une vie.
– Le cerveau a besoin de motivation et de concentration. Un cerveau TDAH est différent. Enseignez à votre enfant que son cerveau doit être intéressé par la tâche à accomplir. Certaines personnes ont un bouton « je fais » dans leur cerveau, ce n’est pas le cas en général pour le TDAH. Aidez votre enfant à trouver des motivations (comme des petites récompenses), pour chaque activité nécessitant de la concentration.

Malgré la place importante qu’occupe le cerveau dans notre fonctionnement quotidien, on ne parle que très peu de ces besoins de base. Lorsque l’on fait prendre conscience à l’enfant de cette importance, il est plus probable qu’il agira de manière à rester concentré et en bonne santé (même si ce n’est pas toujours immédiat!).

2. Deviens responsable

Comme le petit TDAH est souvent en retard d’un point de vu développemental par rapport à ces camarades du même âge, il est important de le soutenir pour les tâches dont il est capable, quand il en est capable. Lorsque mon fils a été diagnostiqué, tous les jours sur le chemin de l’école, nous passions en revue ce qui était attendu de lui. Attendions-nous de lui qu’il reste concentré ? Non, étant TDAH cela n’était pas une demande réaliste. Son but : lorsqu’il remarquait qu’il n’écoutait plus, ou qu’on lui faisait remarquer qu’il ne faisait pas ce qu’on lui demandait, il devait passer à l’action, tenter de revenir à la tâche présente. Et ce, à chaque fois.

Devenir responsable implique également reconnaître ses torts, pas toujours facile pour un enfant impulsif et émotionnel. Ce n’est pas tant de ne pas dire des choses blessantes, même si cela doit être le but, mais plutôt prendre conscience quand ça arrive et s’excuser. Hier ma fille était énervée et colérique, petit moment de crise. Elle m’a dit des choses blessantes. Je lui ai fait remarquer de manière respectueuse que je ne voulais pas qu’elle me parle de cette façon et je suis sortie calmement de la pièce. Vous imaginez ma joie lorsqu’elle est descendue cinq minutes plus tard pour s’excuser.

3. C’est au final pour te permettre de devenir indépendant 

Expliquer aux enfants le « pourquoi » de ce qui leur est demandé peut être une source de motivation. Il y a beaucoup de choses que nous demandons à notre enfant TDAH de faire, qui leur est pénible (et à nous aussi !). Exemple : pourquoi est-ce que je dois tout écrire dans mon agenda.

En effet, mon fils refuse de tout écrire dans son agenda à l’école. Lorsque nous lui montrons que nous aussi faisons des listes et tenons un agenda à la maison ou au travail, cela lui prouve que c’est une compétence qui l’aidera aussi dans sa vie d’adulte. En grandissant, il comprendra que ce n’est pas seulement une chose qu’il « doit » faire, mais une chose qui l’aide, surtout étant TDAH.

Parler à notre enfant du TDAH, peut être en quelque sorte comme expliquer ses croyances religieuses. On peut être tenté d’attendre qu’il soit plus grand pour bien comprendre. En vérité, ce sont des conversations qui auront lieu de différentes manières au cours du temps. Vous n’attendriez pas qu’il soit assez grand pour tout comprendre pour fêter Noel ou le Ramadan. Vous expliquez que ce qui est important, d’une manière qui leur est accessible..

Partagez​

Leave a Comment

Your email address will not be published.