Parenter au travers du déni

La première étape pour se sentir réussir lorsqu’on éduque un enfant – surtout un enfant aux besoins complexes comme l’enfant TDAH – c’est de sortir du courant boueux du déni.

Pour arriver à naviguer les eaux troubles de la parentalité, vous devez vous sortir de l’eau et monter dans le bateau. À ce moment-là seulement pourrez-vous vous diriger efficacement à travers les rapides. Sinon vous êtes à la merci du fond et ces dangers que vous ne pourrez voir et anticiper. Plus tôt vous montez en sécurité dans le bateau, à la lumière du jour, plus vos chances d’apprécier le voyage seront grandes (et plus vous augmenterez vos chances de survie!).

Je ne sais pas vous, mais être parent n’a pas du tout été comme je l’imaginais. Avant d’avoir mes enfants, j’avais l’image Instagram, filtre sépia, de la maman parfaite riant aux éclats son jeune enfant dans les bras. Puis je voyais à travers mes lunettes roses teintées, mon ados venant demander, des mots de sagesse à la plus coole des mamans.

Ma vie serait digne d’une publicité Kodak. Étais-je beaucoup trop optimiste, ou ridiculement naïve ?

Ce qui est sûr, c’est que je suis un cas typique.

La future maman que j’étais, se laissait aller à rêver. Une bonne chose cependant, car c’est aussi cela qui m’a permis de surmonter les difficultés qui m’attendaient si tôt la naissance arrivée. Être capable de visualiser le succès m’a permis de frayer mon chemin à travers les chemins escarpés.

La capacité à virer de bord aussi. Je m’engageais sur un chemin, puis en changeais face aux obstacles inattendus. Gardant toujours en tête l’objectif final. Mon enfant n’intégrerait peut-être pas les plus grandes écoles après tout. Je m’adaptais aux circonstances, mais en fixant toujours la ligne d’arrivée (mon enfant deviendra un adulte épanoui et indépendant).

imageedit_251_7518280986

Quel rapport avec le déni ?

En tant que parent, on peut rester prisonnier de nos anciennes attentes, en oubliant d’être flexible. Lorsque confronté à des situations complexes concernant nos enfants, il faut savoir s’adapter. Cela n’est pas évident lorsque nous sommes aveugles aux obstacles. C’est beaucoup plus facile de naviguer ces eaux, lorsque l’on voit les vagues arriver, afin de les aborder correctement.

Nous savions que notre fille aurait des problèmes de santé complexes, aussi tôt que l’âge de deux semaines, puis encore à 2, 4 et 6 ans. Nous avons abordé les problèmes de santé l’un après l’autre. Pour être honnête avec vous – et avec moi-même – ce n’est pas avant ces 8 ou 9 ans que j’ai vraiment accepté qu’elle eût des « besoins particuliers ». Elle a été diagnostiquée TDAH à l’âge de 5 ans. Ce n’est que vers 10 ans que j’ai vraiment compris ce que cela signifiait. Ne nous m’éprenons pas, nous pensions adresser le problème, et nous l’adressions d’une certaine manière. Mais pendant des années nous étions immergés dans les eaux du déni, à la merci du courant. Je pensais qu’avec un gilet de sauvetage, et sachant nager, cela suffirait.

À l’époque peut-être pensais-je que changer de cours détruirai ma vision, de moi-même en tant que parent ou d’elle en tant que l’enfant de mes rêves. Je ne comprenais pas que changer de cours était en fait la solution pour rester fidèle à ma vision plus globale.

Au final, ce que souhaite la majorité des parents, c’est que leurs enfants deviennent des adultes heureux. Cependant pas évident de modifier notre vision du succès, et de les aider à en trouver leur propre définition.

Le plus beau cadeau que vous puissiez vous faire, ainsi qu’à votre enfant TDAH, c’est d’accepter le fait que le TDAH est un de ces obstacles sur les chemins de la parentalité nécessitant une modification du chemin. Il ne vous barre pas le chemin, mais demande une certaine attention pour être franchi en toute sécurité.

Lorsque les choses ne se passent pas exactement comme prévues, cela ne veut pas dire que vous deviez renoncer à vos objectifs. Au contraire, gardez-les bien en tête ! Ils vous aideront à trouver la force et la sagesse nécessaire pour éviter les pièges sous la surface de la vie avec un enfant TDAH.

Partagez​

Leave a Comment

Your email address will not be published.